16 mars 2011

[Tanith Lee] Aradia tome 1 & 2

Résumé

Tome 1
Certains le nomment héros ou libérateur, d’autres ne voient en lui qu’un traître, et la jeune Aradia ne peut oublier son visage. Pour Thenser, elle est prête à tout risquer. Dans un pays en guerre, une cité assiégée, celle que les Cartes de l’Oracle ont désignée comme l’héroïne du Monde, l’élue de la déesse Vulmadra, connaîtra l’exil, la solitude et le rejet. Trouvera-t-elle la force d’affronter son destin dans le chaos d’un monde que tout semble vouer à la destruction ?

Tome 2
Au bout d’une course effrénée qui la mène de Saz-Kronie à la double cité de Genchira, de mers démontées en obscurs navires d’esclaves, d’ateliers de peintres en cimetières antiques, Aradia retrouve Thenser. Mais son chemin, toujours, est celui de la révolte, et de la guerre. Hanté par son passé, à la recherche d’une hypothétique rédemption, il l’entraînera à sa suite toujours plus loin, vers un pays où fermente la rébellion, écrasé sous un soleil de plomb et l’ombre démesurée d’un leader charismatique. Mêlée à nouveau au fracas des armes, aux méandres de la politique, elle poursuit un chemin chaotique qui la promet, inéluctablement, à la terrible Maison de la Nuit… Thenser clôt les aventures d’Aradia sur un rythme haletant, et dans un tourbillon d’intrigues et de chaos.

 

Extrait


Extrait Tome 1
Je ne dis au revoir à personne.
Je n’eus aucun problème.
La forêt de cuivre et de rouille n’avait pas encore fini de mourir sur le fond des pins d’un noir hivernal. Des renard jaillissaient hors de la piste et des pigeons volaient devant nous. Je m’en allais, ivre de liberté. Je m’en allais vers l’avant.
File attelage, vole, les roues ne touchant pas terre : sois ailé.
Je m’en vais vers, vers…
Extrait Tome 2 (page 196)
Ai-je déjà peur ? Non, pas encore. Ma douleur m’épargne presque a peur. Mais lorsque la terreur commencera, peut-être chassera-t-elle ma peine ? Dois-je alors désirer la terreur ?
 

Chronique


L’histoire commence aux 13 ans d’Aradia, on y découvre une fille qui vit dans l’insouciance la plus totale et dont les journées ne sont faites que de rêve, de dessins et de jeu jusqu’à ce que la guerre vienne bouleverser son petit monde.

Outre le personnage de Thenser, le résumé est très loin de refléter l’histoire. En effet, même si la déesse est présente tout au long du livre on se demande en quoi Aradia pourrait-être son élue.

Ces deux tomes retracent plus une course après le bonheur, la liberté et surement la recherche d’elle-même que l’histoire d’une élue ou d’une héroïne. Aradia trace sa route, fuis, combat et manipule les gens pour tenter d’arriver à ses fins, pas toujours comme elle le souhaiterai. Balloté d’un monde à l’autre par ses parents, par Gurz, puis ensuite par son protecteur et pour finir de son propre chef Aradia va devoir oublier le monde rose de l’enfance pour se frotter très rapidement à celui des adultes et de la guerre.
Tout au long de ces deux tomes on y découvre une petite fille, puis une jeune fille et finalement à 17 ans une jeune femme déjà adulte qui en a vécu plus que ce qu’elle devrai pour son âge. Aradia semble sans cesse naviguer entre deux mondes, jamais heureuse, toujours tiraillé, forcé…

Tout du long on se demande si elle reverra sa terre, si elle reprendra possession de son héritage et si finalement Thenser lui appartiendra.
On entre facilement dans l’histoire, celle-ci ne stagne pas, bouge constamment au point qu’on cherche forcément à savoir ce qui va arriver d’autre à Aradia et à quoi tout cela va la mener : A la vie ou à la mort.

 
 

Rendez-vous sur Hellocoton !
16 septembre 2010

[Barbara Hambly] Fendragon

Résumé

« Je suis Morkeleb le Noir. Je ne suis et ne serai l’esclave de personne, encore moins d’une femme humaine. »

Lors que Jenny Waynest, compagne du Fendragon des légendes, accepte d’accompagner l’amour de sa vie vers les terres du Sud où l’appelle son Roi, elle ne sait pas ce qui l’attend : les intrigues vénéneuses de la magicienne Zierne, le souffle brûlant du plus sombre des dragons, mais aussi le feu dévorant d’une passion séculaire – la douleur, le renoncement et la mort.

 

Extrait


Extrait (page 128)
Mais au fond d’elle, comme un désir interdit, il y avait le refus de voir mourir une chose aussi belle, aussi puissante. C’était le mal, elle le savait, elle le croyait de toute la force de son cœur. Pourtant, dans ces yeux d’argent, quelque chose l’attirait, un chant de noirceur et de feu couvait dont elle ne comprenait pas la musique.
La tête du dragon bougea légèrement sur la courbe puissante de son cou. Du sang s’écoula sur les écailles en rubans.

 

Chronique

C’est une histoire de dragon, une histoire d’amour, une histoire de héro !! Que demander de plus !!
Mais ne vous méprenez pas, car si l’on s’attend à des clichés, ce livre en est très loin.

Que le héro devienne un homme à lunette qui se croit savant, que l’histoire d’amour dure depuis des années en ayant donnée des enfants et que Jenny soit une magicienne. Voici la recette de ce livre bourré de rebondissement, de personnages aux multiples facettes et d’un dragon qui ne manquera pas de vous étonner.

Ecrit dans un style qui se lit très facilement ce roman brise tout le cliché du héros fort, beau et qui fait chavirer le cœur de toutes les femmes. Vous découvrirez ici que les héros peuvent aussi être des hommes dotés de sentiments humains et que finalement certains ne cherche qu’à survivre et se faire oublier de ce statut de héros.

Alors laissez-vous plonger dans ce livre ou pour une fois le héro n’est pas le seul à tenir la tête d’affiche.
Mais comme dans toute histoire, l’amour sauras t’il vaincre le danger ?

 
 

Rendez-vous sur Hellocoton !
16 septembre 2010

[Garry Kilworth] La Compagnie des Fées

Résumé

Titania, Obéron, Puck et les autres fées du Songe d’une nuit d’été ne sont pas sortis de l’imagination de Shakespeare, mais existe bel et bien. Pour combien de temps encore ? La forêt de Sherwood, leur résidence ancestrale, est entrain de disparaître, rongée par le développement urbain. Obéron, le roi des fées, décide de guider son peuple vers la Nouvelle Forêt, où leur magie restera intacte. Ils partent à bord d’un car hors d’âges, guidés par Sid, un jeune mécanicien qu’ils ont asservi. Mais l’ignoble sorcière Morgan le Fay fera tout pour les arrêter.

 

Extrait


Extrait (page 82/83)
Elle regarda ses traits de fée dans le rétroviseur. Ses splendides cheveux rebelles encadrait son délicieux visage en forme de cœur et au teint argenté. La terreur sans nom qui se déchaînait en elle se manifestait seulement par la petite goutte de sueur qui coulait sur sa joue, telle une minuscule perle de sève ambrée.

Dans ses yeux noir et lointains, son regard exprimait son désir de se retrouver dans un creux humide et moussu, dissimulée par des tiges de bryone et entourée de cerfeuil au duvet blanc. Elle voulait se trouver là où les coléoptères cliquetaient, où le coq de bruyère chantait.

 

Chronique


On peut dire que quand les fées partent en voyage ça déménage !!

Titania, femme du grand Obéron n’est pas le genre de fée à se laisser impressionner, ainsi elle ne recule devant rien et quand l’idée lui vient de voler un bébé…non que dis-je, de se choisir un bébé voyons !! Les fées n’ont pas la notion de possession. Elle ne trouve rien de mieux que de l’échanger contre un poisson rouge.

A l’inverse Obéron, roi des fées, ne résiste pas aux caprices de sa petite épouse tout en ayant conscience de son caractère très spécifique.

C’est donc à bord d’un vieil autocar que nos chers compères ont choisi de voyager. Mais la encore le voyage ne semble pas aussi simple qu’il n’y parait, car notre sympathique peuple de la forêt n’a absolument pas le même sens de l’orientation que nous. Préférant faire confiance au rayons lunaire et à leur instinct ils n’hésitent pas à prendre les chemins les plus long.

Après tout, du moment qu’on arrive à bon port tout va pour le mieux !

La Compagnie des Fées est une belle et amusante rencontre entre un peuple imaginaire et notre monde moderne. Teinté de magie, notre petit peuple marquera fortement son passage parmi les humains. Réveillant les créatures mythiques au passage et surtout Morgane La Fay bien décidé à leur mettre des bâtons dans les roues afin de récupérer notamment, le bébé de Titania.

C’est un livre avec lequel on passe vraiment un bon moment et surtout une bonne tranche de rigolade. Nos chères fées ont plus d’un tour dans leur sac et ce passage dans le monde réel est une vraie partie de plaisir. Et puis ne l’oublions pas, notre petit peuple fait tout de même partie de l’univers de Shakespeare (Songe d’une nuit d’été), ce n’est pas rien !!!

 
 

Rendez-vous sur Hellocoton !