25 septembre 2011

A quoi ressemble les ombres ?

C’est vrai ça, à quoi ça ressemble une ombre ? A part nous piquer notre apparence ou tout autre support qu’elles peuvent trouver les ombres ne nous montre jamais leur vrai visage. Et ben figurez-vous que j’en ai débusqué une !!!

Ouioui vous avez devant vos yeux une authentique Ombre !
Mais commençons par le commencement.

Il était une fois deux jeunes gens qui décidèrent d’écrire un livre pour enfant. L’histoire de ce livre serait celui d’une petite chatte blanche bien réelle, répondant au doux nom de Lilith. Dans ce livre Lilith à peur de petits être nommé les Ombres, mais contrairement ce que vous croyez ces ombres la ont une apparence qui leur est propre.

Xavier & Rozenn ont donc décidé de trouver des propriétaires à ces petites ombres, 10 protecteurs qui devrait chacun en adopter une, c’est ainsi de Sylphide à débarqué chez moi.

 

Sylphide est donc le nom que je lui ai choisis, pourquoi ?

Dans la mythologie les Sylphides sont des élémentaires de l’air. Décris comme diaphane et prenant une apparence humaine, elles sont symbole de beauté, d’aspiration spirituelle et de subtilité. Elles inspirent les artistes et déteste la grossièreté.

C’est donc tout naturellement que Sylphide m’est venu pour cette petite ombre. C’est vrai quoi, pourquoi les Esprits de la Nature devrai forcément prendre une apparence humaine pour se rapprocher de l’homme ? :)

Le site de Rozennhttp://www.onirography.com/
Le site de Xavier Collettehttp://www.acerb.be/
Le Site du « Chat qui Avait Peur des Ombres »http://lilith.acerb.be/

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
20 octobre 2010

Interview de Rozenn Illiano

A l’approche de l’hiver quoi de mieux que d’interviewer une illustratrice/auteur fana de tons blanc et de paysages enneigés, j’ai bien sûr nommé Rozenn Illiano, pour ceux qui ne la connaîtraient pas (et aussi pour ceux qui la connaissent) je vous invite donc à lire cette interview pour découvrir qui se cache derrière Rozenn et ce que renferme ces dessins. Et si vous êtes gentils, peut-être qu’un jour je vous ferai aussi découvrir une autre facette de Rozenn à travers une interview portrait.
Son site : http://www.onirography.com/

1/ Pour commencer et pour ceux qui ne te connaisses pas peux-tu te présenter rapidement ?
Je m’appelle Rozenn, et je suis une bretonne de 25 ans. Après un parcours un peu chaotique (en passant par la case Mcdo), je suis actuellement auteur jeunesse, et illustratrice.

2/ Peux-tu  nous présenter  ton univers ?
Mon univers est un mélange d’onirisme, de féerie, de mystères. Je tente de peindre des images racontant des histoires, des petites histoires qui me viennent en tête et qui m’obsèdent. Onirography, mon site et univers, est comme un grand album d’images et d’histoires.

3/ Comment t’es venue ce monde que tu as créé ? Quels ont été tes inspirateurs ?
J’ai toujours adoré les histoires fantastiques, les contes de fées, et les légendes bretonnes. Depuis que je suis petite, j’entends parler des fées qui vivent en Bretagne, et la légende de l’Ankou. Ca s’est confirmé lorsque j’ai découvert l’univers de Sandrine Gestin, lorsque j’avais dans les 11 ans, avec ses fées, ses elfes, ses lutins. Plus tard, j’ai découvert le travail de beaucoup d’illustrateurs qui naviguent dans ces univers, et j’ai été happée. En réalité, c’est là depuis toujours !

4/ Pourquoi avoir choisi l’hiver comme principal sujet dans tes dessins ?
Je ne l’ai pas vraiment choisi, en réalité. J’avais dans mes cartons de déménagement un exemplaire de la Reine des Neiges que j’avais eu étant toute petite, et je me suis rappelée à quel point j’adorais ce conte. J’ai commencé à faire des illustrations toutes blanches et hivernales un jour, comme ça, et cela m’a plu, depuis, ça ne m’a jamais lâchée. Je n’ai pas trop d’explication à cela, c’est toujours difficile de l’expliquer !

5/ Que représente la couleur blanche pour toi ?
Au départ, ça représentait une facilité en illustration ! J’étais assez paresseuse, et je ne voulais pas trop me casser la tête (toujours maintenant, en fait), et le blanc était facile à travailler. Après, la couleur blanche représente des tas de choses qui me parlent, la pureté, évidemment, mais aussi le froid, la cruauté. Le mix entre des morceaux de verre tranchants et des flocons de neige tout doux. C’est comme l’hiver (et c’est évidemment lié), je ne peux pas vraiment expliquer ce que cela représente.

6/ Tes personnages sont en majorité féminin, pourquoi ?
Parce que c’est toujours plus beau à mes yeux ! Je devrais quand même un jour faire l’effort de créer des personnages masculins, ça peut être monotone de faire toujours la même chose !

7/ Y a-t-il des sentiments ou un message précis que tu souhaites faire passer à travers ton travail ?
Pas vraiment. Je ne raisonne pas ainsi, je ne me prends pas la tête à faire passer telle ou telle chose dans mon travail. Et j’ai tendance à être agacée par ceux qui semblent se sentir investis par la mission de sauver le monde avec leur art, qui veulent révolutionner la société, ou la mentalité des gens, ou que sais-je encore. Il y a des gens qui vont demander pourquoi on utilise telle ou telle couleur dans nos illustrations, croyant que cela cache quelque chose, alors qu’il n’y a aucune réflexion derrière. Pourquoi se prendre la tête là-dessus ? Je n’en vois pas la raison, et c’est pour cela que mon travail ne fait que suggérer des histoires que chacun peut inventer.

8/ Que ressens-tu quand tu viens de terminer un dessin et que tu regardes ce que tu as créé ?
Généralement, je ressens une grosse fatigue. Je me sens vidée. Puis je suis contente, mais dès le lendemain, ça ne va plus : je veux toujours plus, je me projette toujours trop loin, j’ai des images en tête et je n’ai pas le niveau pour les peindre. Alors je mets de côté, et je recommence, ensuite. C’est un recommencement perpétuel, et ça ne s’arrêtera jamais !

9/ Internet étant ton principal support de diffusion, que t’as t’il apporté ? As-tu des sites fétiches où tu puises ton inspiration ?
Internet m’a apporté énormément de choses, des amis, des contacts, mon chéri surtout ! J’ai pu connaître et approcher des artistes que j’aime énormément, rencontrer des éditeurs, faire connaître mon boulot, et concrétiser des projets. En fait, internet m’a quasiment tout apporté d’un point de vue professionnel ! Mes sites fétiches restent Deviant Art, malgré le gros n’importe quoi que ce site est devenu. Il y a beaucoup beaucoup de choses à jeter, mais il peut arriver de tomber sur des merveilles et ça fait du bien. J’aime beaucoup le site de Mélanie Delon, qui reste l’une de mes illustratrices favorites, même si je connais son travail presque par coeur, je me prends une claque à chaque fois. Même chose pour celui de Arantza Sestayo.

10/ Tu es passé du dessin traditionnel au digital depuis presqu’un an, qu’est-ce que cela a changé dans ton art ?
Beaucoup de choses ont changé. Juste avant de commencer le digital, je tournais en rond, je ne faisais plus rien de génial, j’avais l’impression d’avoir épuisé les ressources que j’avais. Dessiner n’était plus un plaisir, c’était une obligation, car je ne voulais pas arrêter, et pourtant, je n’aimais pas ce que je faisais. Avec le digital, j’ai eu un vrai renouveau, je peux faire quasiment ce que je veux. C’est la technique qui me correspond le plus, je m’éclate avec un ordinateur et une tablette graphique, et je n’ai jamais autant réalisé d’illustrations en un an. Les possibilités me semblent infinies, et j’ai encore beaucoup à apprendre.

11 / Quel est le principal point positif que tu retiendrais de ce changement ? Y en a-t-il un négatif ?
Le point positif, c’est ce que j’écris dans ma réponse précédente, une nouvelle envie de bosser, et de m’éclater. Le point négatif, c’est que je n’ai pas touché depuis à un crayon. Ca ne me manque pas du tout, mais il faudrait vraiment que je me remettre au croquis histoire de m’améliorer. L’autre point négatif, c’est l’absence d’originaux, ne plus en avoir, c’est frustrant !

12/ Une petite voix m’a dit que tu avais de nombreux projets avec et sans ton chéri (Xavier Collette) peux-tu nous en dire un peu plus ?
Oui, il y en a beaucoup ! Deux livres jeunesse avec Xavier (moi au texte, et lui au dessin), peut-être un autre avec une autre illustratrice (rien n’est sûr encore), et puis toujours mes recherches de boulot pour réaliser des couvertures de romans. Et évidemment, toujours mes Contes d’hiver, qui me suivent depuis 5 ans, et que je finirais bien par concrétiser un jour ou l’autre ! Il y en a plein d’autres encore, mais des choses dont on ne peut pas encore parler, et d’autres qui ne sont qu’à l’état de petit pois et il serait trop tôt pour dire quoi que ce soit.

13/ Question bonus : Qu’est-ce que tu as le moins aimé dessiner dans tout ce que tu as fait cette année ?
Hmmm… il n’y a pas vraiment quelque chose que j’ai moins aimé, mais le plus difficile, en tous cas, c’était les décors. Les arbres, les feuilles, la mer… et encore, ce ne sont que des décors naturels, je vais m’amuser lorsque je m’attaquerais aux décors architecturaux !

14/ Question bonus 2 : Quel est ton illus perso préféré ?
Sans hésiter, Bird Cage. A mon humble avis, celle-ci est la plus aboutie que j’ai pu faire, à tous les niveaux.

15/ A toi le mot de la fin.
Le mot de la fin.

Rendez-vous sur Hellocoton !